forum rpg sisi
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 smile smile smile ! ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Park Shin Il
caught out of the world
avatar

pseudo : krow
Messages : 12
Date d'inscription : 01/12/2013
avatar : Park Jae Hyeon

passe temps : photographie

MessageSujet: smile smile smile ! ♥   Lun 2 Déc - 22:29

Smile smile smile
Tae Wan & Shin Il

J’ai appris la nouvelle... je m’étonnais de ne pas le voir trainer avec nous ces derniers temps. Ça ne fait qu’une semaine qu’il ne vient plus, qu’il est dans cette situation. Mais ces derniers temps je sais qu’il ne venait plus trop en raison de certains. Il a eu droit au coup des fausses adresses, des mauvaises heures, un truc que je connais assez bien et que je n’aime pas particulièrement. Mais il est insupportable parfois. Pour autant, je n’aurais jamais pensé ne plus le revoir. Mon emploi du temps a beaucoup changé en raison du mannequinat qui prend une place importante dans ma vie, mais je n’oublie pas les amis et malgré le fait qu’on ne soit pas aussi proche pour prétendre en être, soudés comme les deux doigts de la main... je suis venu, me faire pardonner mon ignorance et apporter un peu de soutien à une personne qui était en détresse. Je ne suis pas idiot, j’ai bien vu ses poignets mordus par des bandes blanches. Qu’on ne me dise pas que c’est un accident.

Je ne dirais pas « si j’avais su » parce que je n’aurais pas tenu cette promesse d’un « moi » meilleur avec lui. Je me contente de m’approcher et de me saisir de sa main. Il n’y a que nous deux, il n’y aura que nous deux dans cette chambre pour la nuit. Il comate et pourtant je lui parle. J’essaye de me vider la tête et de me persuader en avouant mes pêchés qu’ils seront pardonnés. Je suis comme tous les autres, mais moi, je viens le voir. Je suis sincère sur une chose : je n’ai jamais souhaité son malheur et si j’ai mal parlé de lui, ça n’a jamais été autre que la vérité, ses plaintes inutiles et ses agissements de fils à papa. Rien de plus, rien de moins.

Je ne sais pas depuis combien de temps je suis ici. J’ai dû passer après mon boulot, mais aussi après tes parents parce que j’ai peur que l’on m’accuse de ton malheur et que dans le fond, je me sens coupable aussi. Je sais que je n’ai rien fait de mal, mais je sais aussi que pour quelqu’un de fragile, un rien peu enflammer l’allumette. Je sombre, peu à peu, la tête contre ton matelas...

Quand j’ouvre les yeux, je suis emmitouflé dans ma veste. Il neige, il fait froid et j’en claque même des dents. Je sais que je me suis endormi, je ne me souviens de rien d’autre à part de Tae Wan et de sa chambre d’hôpital. Je crois à un nouveau cauchemar, mais non... le décor n’est pas dépourvu de terrain, il n’y a pas de forêt, mais une ville, quelques rues dans lesquelles je m’aventure. Je ne reconnais pas bien les lieux, mais ils me disent quelque chose. Je ne suis pas l’instigateur de ce rêve, c’est clair et net. Est-ce que tu es là ? Est-ce que c’est toi qui as créé tout ça ? Je me mets à fabuler qu’un homme dans le comma pourrait être à l’origine d’un monde dans le monde. Je sais qu’être coincé c’est un peu ça, mais je n’en ai jamais réellement croisé plus longtemps, généralement ceux sont eux qui entrent dans les rêves. Est-ce que les règles ont changé ce soir ? Ce n’est pas la première fois que je m’endors à tes côtés... mais peut-être la première qui me permettra d’en savoir plus sur la nature de ton séjour qui j’espère, sera très vite écourté. Pardonne-moi, s’il te plait...

Plongé dans mes pensées, je relève la tête et je t’aperçois enfin, alors j’avais raison ? La neige me brouille la vue, je me demande si c’est un rêve à l’intérieur d’un autre, ou si quelqu’un se joue de moi pour mieux me piéger. Je ne vois pas qui voudrait faire cela, mais peu importe... je sais que c’est possible et je n’ai aucune envie que ça arrive.

« Hey ! Attends ! Tae, c’est toi ? »

Je te cours après, je me demande si je fais bien, mais j’ai besoin d’en avoir le coeur net. Je ne m’aventure pas très loin, si nous sommes dans ton rêve alors tu dois m’entendre où que je sois, n’est-ce pas ?

« Tae Wan ? On est dans ton rêve, c’est ça ? Eh oui, je suis au courant pour ce monde aussi. Sors de ta planque, faut qu’on parle... je suis dans ta chambre d’hôpital et je compte venir tous les jours pour dormir à côté de toi. Et si tu ne viens pas, je te pelote dans le monde réel ! »

Un peu d’humour n’a jamais tué personne, et ça ne risque pas vu que nous sommes dans un songe, n’est-ce pas ? J’espère attirer son attention, au mieux le rendre curieux de ce que je suis venu faire ici, car je ne l’ai pas spécialement dit. Je n’avais pas prévu de me retrouver en face à face... mais c’est peut-être mieux ainsi, je préfère qu’il l’entende et là j’en serais certain. Tu vas devoir m’écouter que tu le veuilles ou non, alors reviens, dépêche toi ! Tu sais de quoi je suis capable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kim Tae Wan
caught out of the world
avatar

pseudo : jiji
Messages : 9
Date d'inscription : 01/12/2013
avatar : Kim Jun Myeon


MessageSujet: Re: smile smile smile ! ♥   Mar 3 Déc - 0:00


Je remonte à la surface, je suis frigorifié mes yeux me brûlent autant que ma peau me pique à cause de la gelure de l'eau . J'essaye de reprendre mon souffle mais tout l'air que je devrais emmagasiner dans mes poumons peine à les pénétrer . Ma cage thoracique est comprimée, je suffoque alors que j'ai quitté cette océan de sang...C'est la même rengaine , je ne compte plus le nombre de fois où je me retrouve perdu au milieu de cette vaste étendue d'eau couleur carmin. J'ai bu des centaines de tasses j'ai manqué de me noyer encore à l'instant...Je sais pertinemment que me laisser sombrer ne me fera pas mourir mais l'idée de ne plus avoir de souffle, d'être entrainer dans les abysses de cette mer profonde et sans fin m'effraie.
Je ferme les yeux un instant ,étendu sur la rive , les mains serrées contre mon cœur je reste là, inerte. Je n'ai même ps été capable de me suicider, même ça je l'ai louper. Qu'est ce qui ne va pas chez moi?Je suis un vrai impotent ,je ne peux rien faire seul...ou alors seulement à moitié. Je me dégoute , je mérite ce qu'il m'arrive ...Je suis prés à enduré ses souffrances jusqu'à se que mon cœur lâche ..Je lutte de moins en moins longtemps, je le sens bien même si presque imperceptible, mes forces sont encore là mais plus le reste.

Une fois debout , mon corps est sec je ne m'étonne même plus de cela, depuis que je traine ici j'en ai vu des choses, j'ai assister à des scènes surnaturelles ...forcement irréelles. Je n'ai pas perdu l'esprit pour autant ,c'est un vrai miracle si vous voulez mon avis. Finalement j'ai quitter un monde qui me  faisait souffrir pour en rejoindre un qui me maintient prisonnier ... qui me torture et me force à garder les yeux ouverts. Dés que j'ose fermer mes paupières , m'étendre quelques part pour ne serai-ce que reprendre des forces je me retrouve jeter aux milieux de ces eaux glacées et infestées de créatures qui aiment me terrifier ...Je n'éprouve pas la fatigue mais le simple fait de fermer les yeux plus d'une seconde me manque...J'en ai besoin .

Je n'aurai rien réclamer si je n'étais pas dans cet entre deux mondes ...Un lourd soupire m'échappe alors que mes pieds chaussés foule une neige compacte blanche et très épaisse. Je ne m'en formalise pas non plus , j'ai perdu l'espoir de saisir le sens des événements qui surviennent ici et qui se juxtaposent sans arrêt ...
Mes pas me mènent jusqu'à une ville elle aussi écrasée sous une grosse couche de poudre blanche . Mes mains osseuses passent sur mes épaules, descendent le long de mes bras et finissent par s'enfouir dans les poches avant de mon jeans. Il fait froid, je vais me mettre en quête d'un endroit pour passer la nuit,peut être que les flocons arrêteront de tomber du ciel avant que le soleil ne se lève . à cette idée je lève le nez , je note que cette fois les étoiles ont une tailles raisonnable et que la lune ne vacille pas. La première nuit que j'ai passé dans ce monde sans heure fixe m'a terrifié, j'avais peur  de voir l'astre lunaire me tomber sur la tête. Il semblait en feu, j'avais du mal à en définir les contours ...
Comme un idiot je n'ai pas eu peur de chose plus palpable..je me suis fais poursuivre par une horde de loup, ensuite par une vieille femme qui s'est rapidement changée en une créature indéfinissable mais pire qu'horrible ...J'en ai vécu des choses et même si c'était éreintant de fuir ,me cacher et parfois même combattre -du moins essayer .Je ne changerai pas d'avis, je préfère être ici ...

Ma peau est lisse, mon cœur fatigue de jour en jour mais il n'est plus empoigné au quotidien par ma frustration à ne pouvoir dire réellement ce que je pense. Ma vie n'était que l'esquisse de ce qu'elle aurait été si je n'avais pas fait le choix de m'en allait ...Tout ces malheurs... Tout ces problèmes, et questions que je savais sans réponse... Un jardin aux clôtures basses se dresse devant moi. J'enjambe sans problème la rangée de panneaux plantés à la verticale et m'approche d'une balançoire. Je frissonne en effleurant du bout des doigts les chaines en fer qui maintiennent la planche en boite parallèle au sol. J'esquisse un sourire, en osant passer ma main sur sa surface rugueuse , je grimace quand une écharde vient se planter dans le creux de ma main...génial.

Cette voix.

Je me retourne, la peur me saisit au collet, je fronce les sourcils ,paniquait je tourne sur moi même . Mes pieds s’emmêlent et je chute au sol .Comment cela est possible? D'où vient-il? Il...non ce n'est pas possible, comment peut-il parler sembler être si prés de moi? Je ne le vois même pas..Je me redresse, sans prendre le temps de retirer la neige de mes vêtements je m'élance dans une course que je sais perdu d'avance. Je n'arrive jamais à atteindre les objectifs que je me suis fixé,même dans ce monde là je me fais toujours rattrapé par mes démons ...je ne suis qu'un faible qui s'est toujours donné des airs de prince.

La mignonne maison laisse bientôt place à une impasse sombre, encombrés de carton et par la neige figées au sol. Je n'ai nulle par où me cacher et cette voix continue de résonner dans ma tête. Va-t-il finir par se taire?!

"Laisse moi ! Vas-t-en ! Tu n'as rien à faire là ! Ignore moi et passe ton chemin !"

Je suis en colère je laisse de coté le masque que je me forçais à revêtir dans la vraie vie, celui qui me permettait par la suite de sembler toujours joyeux, d'en énerver certains...Au final je n'ai jamais su ce que je devais faire pour plaire aux autres, n'étais-je confronté qu'à des êtres insatisfaits?! Je n'ai plus envie d'être diplomate, de fermer ma bouche pour ne pas déranger! Ici je suis chez moi loin de tout , j'attends mon heure et personne ne viendra se mettre en travers de ma route , sous peine de le payer très cher.
Je me retourne,le dos appuyé contre la pierre froide du mur . Il est là  , sa silhouette se dessine à l'horizon il approche ,ses traits se précisent...Shin Il...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Park Shin Il
caught out of the world
avatar

pseudo : krow
Messages : 12
Date d'inscription : 01/12/2013
avatar : Park Jae Hyeon

passe temps : photographie

MessageSujet: Re: smile smile smile ! ♥   Mar 3 Déc - 10:29

J’ai à peine le temps de le voir qu’il prend la fuite pour une raison que j’ignore. Je ne compte pas le questionner sur ce qu’il fiche ici, ni s’il s’y plait, si sa vie dans ce monde lui plait. Je sais que pour ma part ça ne serait pas le cas, les amis imaginaires sont justement faits pour que tout soit blanc, ou non selon le rêve ou le cauchemar. Mais de réalité, il n’y a rien et c’est troublant de voir qu’il est là et qu’il refuse tout contact. Curieux, mais compréhensible, il doit croire que je suis un être imaginaire s’il s’agit bien du vrai Tae Wan, ou plutôt de son subconscient. Je le traque et ça ne plait pas, il est même dos appuyé contre un mur plein de neige. J’ai presque envie de lui dire de se calmer, que je ne vais rien lui faire.

« C’est parce que j’ai dit que j’allais te tripoter que tu te mets dans cet état ? Ça va, même si j’en suis capable je l’aurais pas fait... Tae Wan, qu’est ce que tu fous là ? »

Il m’a demandé de partir, mais c’est impossible, je suis dans un rêve alors il n’y a pas beaucoup de façons de faire. Je me mords la lèvre et soupire avant de m’approcher jusqu’à une distance raisonnable. Il est vraiment effrayé ? Je ne lui ais pourtant jamais rien fait de mal, j’imagine que ça doit être perturbant, qu’il ne s’imaginait pas me voir ici, mais c’est le cas. Je m’attendais à un tout autre accueil, il est plus joyeux que ça d’habitude. Il m’aurait accueilli avec une blague de sa composition normalement, ou bienvenu parce qu’il est coincé... c’est ça, non ? Il est dans le comma... il doit être coincé ici ? Je ne préfère pas demander tout de suite.

« Yah, ça se passe comment ici ? C’est toi qui a crée tout ça ? Et comment ça va ?... »

J’étais obligé de le lui demander, vu où il est réellement. Il n’a peut-être pas choisi, j’ai dans l’espoir que ce soit ça. C’est triste de devoir en arriver là, vouloir mettre fin à ses jours et ne pas y parvenir, être piégé dans un monde solitaire et dénaturé. J’espère bien me tromper, qu’il y a anguille sous roche. Et même si c’était le cas je n’y pourrais rien, comment le prouver s’il ne revient pas de toute manière ?

« Tu me fais visiter ? Je connais pas bien. »

J’essaye de détendre l’atmosphère, mais les regards qu’il me lance n’ont rien d’amical, allez savoir pour quelle raison. Mais c’est malin, je me sens encore plus coupable, déjà que j’avais le moral dans les chaussettes par sa faute, il n’améliore rien pour moi. Je pense que c’est un peu confirmé, c’est de ma faute et de celle des autres s’il est ici... mais j’espère encore qu’il en est autrement. Je suis optimiste aujourd’hui c’est fou ! Le monde des rêves me joue peut-être des tours, c’est décevant, j’espère qu’il s’agit bien de lui, mais dans un autre sens j’espère que ça n’est pas le cas pour toutes les raisons déjà énoncées. Je lui tends ma main et essaye de m’approcher de lui, mais c’est comme si le couloir venait de se rallonger. J’ai l’impression d’être dans un de ces films étrange ou le personnage torturé rêve qu’il court et n’atteint jamais sa cible. C’est pas croyable, il va pas me faire ce coup-là, si ?

« Ah non, déconne pas ! Je sais même pas ce que je fous ici à la base, c’était pas volontaire mon intrusion, mais c’est pas plus mal tu me diras. Tu sais, ça faisait un vide sans toi... »

Je dis ça, parce que c’est vrai, les gars s’en plaignaient beaucoup, mais il était là avec nous, il fait partie de la bande après tout. Ils l’ont pris comme bouc-émissaire, je trouve ça stupide... mais on a tous été dans cette situation au moins une fois dans sa vie, je ne jetterais pas la pierre. On se critique tous les uns les autres... c’est comme ça, le tout c’est de ne pas le prendre à cœur parce que c’est dit en coup de vent pour la plupart des choses. En fait, on ne se rend compte de ce qu’on a perdu qu’une fois qu’il est trop tard. Je ne dis pas qu’il est essentiel à ma vie, juste que c’est dommage d’en arriver là pour si peu... il devait s’en foutre des autres, comme eux se foutent du reste du monde. Moi, je ne suis pas bien différent, seulement, je n’aime pas savoir que je suis responsable. Il n’y a pas de leader de groupe à proprement parler, mais je prends cette responsabilité puisque personne ne le fait et j’assume... oui, j’assume. Il a bien le droit de me cracher à la figure tout le venin que les autres ont déversé et que j’ai moi-même déversé, qu’il aurait raison et que je ne broncherais pas, même pour un milliard de won.

Il pourrait se mettre en colère et m’en faire baver... même si je ne suis pas vraiment l’unique responsable et que je ne suis surement pas le plus virulent. Pour autant, ça me soulagera, je me sentirais mieux, pardonné. Je ne pense pas qu’il le fera, il n’a jamais fonctionné comme ça, mais nous sommes dans un rêve et j’ai du mal à croire que je l’ai vraiment en face de moi. Je ne le lui dirais pas, car il pourrait mentir... je me contenterais d’écouter. Après, ce qui garantit que je viendrais encore chaque jour qu’il me sera donné de le faire ? C’est simple, il est dans le comma et j’ai remarqué qu’à part ses parents que j’évite soigneusement, personne n’est venu. C’est triste et franchement, personne ne mérite ça. Il ne mérite pas ça, il a beau être casse-pieds sur les bords, il n’en reste pas moins un être humain, chacun ses défauts et même si certains en ont d’énormes, lui, il n’en a qu’un, une véritable tare, mais qui ne devrait pas engendrer cette solitude dans l’âme. Alors Tae Wan, tu n’es plus seul... et ça n’a rien à voir avec de la pitié... ce n’est pas une aide que j’apporte, mais une volonté d’être là pour toi, parce que tu as toujours voulu l’être pour les autres... quand les soirées étaient proposées, quand le groupe se réunissait tu étais toujours volontaire, tu vois... c’est ça qui est positif en toi et c’est ça qui ne t’a pas perdu totalement pour « eux », pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kim Tae Wan
caught out of the world
avatar

pseudo : jiji
Messages : 9
Date d'inscription : 01/12/2013
avatar : Kim Jun Myeon


MessageSujet: Re: smile smile smile ! ♥   Jeu 5 Déc - 22:07


Je ferme  fort les yeux, la joue appuyée contre la pierre froide je refuse de l'écouter. Je n'ai pas envie de croiser son regard je n'aime pas le ton qu'il emploie pour s'adresser à moi . Est-il conscient que le monde des rêves renferme autant de secret ?Comprend-t-il que je suis bien TaeWan? Le même qu'il a certainement insulté le jour ou j'ai surpris notre joyeuse bande me casser du sucre sur le dos? Je sais que je ne devrais pas réagir aussi agressivement mais c'est plus fort que moi. Le voir me replonge dans ce que j'ai essayer avec peine et douleur de fuir . J'ai hésité à tendre le coup quand ses insultes ont raisonnés sous le préau, j'aurai peut être dû le faire pour voir les visages de ceux qui disaient tant de mal à mon sujet . ShinIl en faisait-il parti? Peu importe maintenant ce n'est pas comme si cela pouvait changer quelque chose à cette fin que j'aurai aimé plus tragique que ça...
Égoïstement j'aurai aimé procurer beaucoup de peine autour de moi ,que ma mère réalise qu'elle n'a pas remplie correctement son rôle et que mon père comprenne enfin qu'il avait bel est bien un fils, que je n'étais pas seulement un assisté qui vivait à sa charge.
Je sais que cela n'arrivera jamais qu'ils se sont déjà remis de tout les problèmes que cette tentative a pu leur causer .De toute façon j'ai agis dans mon propre intérêt c'est ma souffrance que je voulais faire disparaitre, c'est mon cœurs que je voulais faire dormir à jamais. En paix.

Résultat je me retrouve bloqué ici , je ne sais pas comment m'en sortir et je ne suis pas certain que quitter la dimension des rêves me mènera directement dans l'autre monde ,celui du repos éternel . Je ne me vois pas rouvrir les yeux dans une chambre clean , blanche imprégnée du parfum des produits désinfectant …cachant à peine celle de la mort. Je ne suis plus très conscient du temps qui passe j’oublie de plus en plus mon passé, seuls les souvenirs douloureux persistent ,ils sont incrustés  bien plus profondément dans mes chairs je vais devoir attendre longtemps avant de pouvoir respirer sans craindre qu’une larme ne vienne glisser sur ma joue .
Les flocons n’arrêtent pas leur lentes progressions dans le ciel, certains d’entre eux finissent leurs courses dans mes cheveux, sur mes épaules ou coincés dans les fibres de mon manteau. Un instant je me dis que cette fraicheur ne peut être imaginaire, j’ai vraiment la sensation qu’une neige fine descend d’entre les nuages, comme durant les fêtes de fin d’années…J’ai toujours adoré noel ,même si je n’étais pas très croyant c’était une période importante à mes yeux…Pour l’image de mon père nous devions aller servir les pauvres à la soupe populaire. Plus jeune j’avais peur de tout ces gens aux mines tristes et vêtements rapiécés. En vieillissant j’ai trouvé cette tâche plus contraignante que gratifiante, je n’aurait pas du faire ça …Penser comme mon père.

Mon regard croise à nouveau celui de ShinIl ,c’est bien un réel, il se serai déjà volatilisé si il n’avait été que le fruit de mon imagination. D’ailleurs comment aurait put-il l’être? Nous n’avons jamais été proche et ce n’était pas faute d ‘essayer. À chaque fois que je tentais une approche, que je me proposais à lui payer son déjeuner, à lui prêter ma carte de transport pour rentrer ou celle de cantine pour manger il me répondait simplement un « non merci » et se détournait du groupe .Il préférait attendre dehors, ou utiliser son propre argent ..Les autres ne se gênaient jamais et venaient même me demander par habitude …Ils ne prenaient même plus la peine de me rembourser …ShinIl l’a fait une fois , on avait organisé une après midi cinéma imprévue, il s’est ramené en nous expliquant simplement qu’il ne pouvait pas se joindre à nous. J’ai remédié à ça en payant son ticket. Le lendemain il n’a pas manqué de me tendre un billet et de s’en aller avant que je ne puisse le refuser .
J’ai compris qu’il ne voulait m’être redevable de rien …Parce qu’on n’a pas envie d’avoir de dette auprès d’un mec qu’on aime pas.
Shin Il a toujours été en marge du reste du groupe, je l’aimais bien jusqu’au moment où j’ai plus ou moins appris la le connaitre. Par la suite c’est resté assez cordial.

Doucement je m’approche quand je comprends que lui ne peut le faire. Je suis un peu agacé parce que même en rêve il reste plus grand que moi. Je le jauge sans cacher que tout ça m’insupporte je fulmine ..Même mes rêves je ne peux plus les contrôler.
Je n’ai pas envie de revenir sur ses paroles. Le seul vide que mon absence à pu causer aux groupes et de nature financier . Ils en avaient rien à faire de moi, je n’étais que l’épine qui s’acharner à ne vouloir quitter leur plante de pied.

« Suis moi. Je ne vois pas de quoi tu parles. »

Je ne reparlerai pas de mon autre vie, de cette existence parallèle que je mène allongé sur un lit d’hôpital. Je sais qu’ici je peux rendre les choses un peu meilleur si je m’acharne bien. Je veux rendre mon séjour le plus agréable possible parce que je ne sais pas combien de temps je resterai là…J’espère pas trop longtemps …
On quitte la petite impasse, j’enfonce mes mains nues dans le fond de mes poches, il fait froid vraiment , le blizzard redouble d’intensité…Je m’arrête  , Shin Il le fait également ,il arrive à suivre ma cadence…Je ferme un œil et me tourne face à lui, le vent souffle tellement fort j’ai des flocons emprisonnés dans mes cils .

« Trouvons un abri, je crois qu’il y a des appartements vides plus loin. »

Je pointe l’étendu devant nous ,voilée par un épais brouillard. On avance , nous ne soulevons presque plus nos pieds , ils restent enfoncés dans la neige et marque des trainées après notre passage. Je suis à bout de souffle, mon âme s’affaiblit après autant de temps passer inconscient …Je sais que les choses n’iront qu’en s’aggravant mais c’est un peu ce que j’espère.
Le premier portail  d’immeuble devant nous cède après seulement deux coups d’épaules. J’ai fais mine de l’aider mais je n’avais pas envie de me faire mal, je peux vous certifier que les douleurs ressenties dans ce monde sont bien réelles…Ce n’est qu’une histoire d’esprit .
Les lieux sont sales, tout est blanc comme à l’extérieur . Les détails ne sont pas poussés auparavant cela m’aurait agacé…mais maintenant je n’y prête plus autant d’attention.
Je m’assois contre le mur juste prés d’une grande fenêtre. J’observe la pluie et la neige se mêler de l’autre coté du carreau .Mes bras s'entourent autour de mes genoux repliés contre mon torse. Je soupire discrètement ,j'aimerai fermer les yeux ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Park Shin Il
caught out of the world
avatar

pseudo : krow
Messages : 12
Date d'inscription : 01/12/2013
avatar : Park Jae Hyeon

passe temps : photographie

MessageSujet: Re: smile smile smile ! ♥   Sam 7 Déc - 19:38

Tae Wan est différent, je suis encore plus inquiet. Est-ce que c’est un piège ? Un songe ou est-ce vraiment lui ? Je me le demande encore. Dans le doute, je demanderais des détails que seul lui pourrait donner. J’attends, après avoir confié qu’il manquait au groupe. J’attends qu’il approche, qu’il me permette de le faire, ne serait-ce que pour confirmer ce que je pense. Je veux savoir, mais je vais devoir faire preuve de patience. Je me mords la lèvre et mes yeux s’écarquillent légèrement quand finalement il daigne bouger, non sans me faire savoir qu’il n’apprécie pas que je sois là. Je ne sais pas ce qui lui prend, s’il a changé à cause de cet état dans lequel il se trouve ou s’il a toujours été comme ça, mais je le découvrirais bientôt.

Je le suis, et réfléchis sur ses dernières paroles. De quoi je parle... est-ce qu’il est amnésique ? Ou c’est qu’il n’est pas Tae Wan ? Un piège aurait été si facilement dévoilé, alors qu’il aurait accès à toutes mes pensées, c’est donc impossible qu’il en soit un. Je le suis, comme il le souhaite en indiquant qu’il y a des appartements vides par là bas. Je me demande d’où il peut bien connaitre ces lieux, qui, malgré les chemins empruntés quelques fois reconnus, me sont parfaitement inconnus. Lorsqu’on entre, il se dirige vers la fenêtre. Il ne fait pas chaud, même à l’intérieur, j’ai presque l’impression que la neige tombe encore et se dépose sur mon manteau tant il fait froid.

Il n’y a personne, le silence se fait pesant, et je découvre ce visage qu’il ne m’a jamais montré. Je réalise que l’on n’était pas assez proche, mais ça n’est pas une raison pour ignorer ce qui cloche. Je m’approche et me pose sur un canapé, qui m’est à peine perceptible, j’imagine qu’il en a très peu de souvenirs... ou qu’il les a crée pour nous, à l’instant, si bien qu’il ne les visualise pas convenablement encore. Mes mains dans mes poches, je l’observe sans rien dire, mais je ne suis pas très patient et fini par briser la glace.

« Qu’est-ce qui te rend aussi mal... je ne suis peut-être pas le mieux placer pour te demander... mais c’est sincère, et tu sais que je ne suis pas du genre à m’encombrer de belles paroles, je veux vraiment savoir... ça m’inquiète »

Je ne mens pas. Je ne pensais pas me retrouver en face de lui, et je ne croyais pas m’inquiéter autant pour lui. Non pas que je sois inhumain, comme ceux qui ne sont pas venus le voir, mais je ne m’attache qu’à très peu de personnes et encore, cette belle bande peut facilement se faire évincer d’un seul coup de balai. Mais pas lui, parce que je suis responsable, d’une certaine façon, de ce qui arrive.

Il n’est pas bien bavard, comparé à d’habitude et c’est ce silence qui me blesse plus qu’il ne m’apaise. Le silence d’autrefois, que je partageais volontiers m’est devenu insupportable lorsque je me mets à rêver. M’endormir est devenu difficile, sans la moindre mélodie ou le moindre bruit... à moins d’être aussi fatigué tous les soirs. Cela dit, ça n’est que le juste retour des choses. Le silence qu’il garde sur certaines choses également fait parti de ce cercle vicieux. Pourquoi est-ce qu’il a fait ça... pourquoi est-ce que j’avais toujours cette impression qu’il n’était pas naturel avec nous ? Je ne me trompais pas en réalité, il se cachait de quelque chose, le tout c’est de savoir quoi.

« Pourquoi tu es là... Tae Wan, j’ai du mal à comprendre... je sais qu’on est dans un autre monde, mais franchement... je pensais pas que tu resterais piégé... tu crois qu’il y a moyen de te faire sortir de là ? »

J’espère qu’il n’est pas désespéré au point de vouloir rester. Il parait si serein malgré le silence qui règne, comme si, seul, il préférait rester, comme si je troublais son silence réparateur... et surtout, comme s’il avait abandonné tout espoir. Je ne comprendrais pas ses motivations. Je souffle et tire le fauteuil un peu plus, le regardant droit dans les yeux, même s’il ne me regarde pas. Je ne dis plus rien, j’attends des réponses et profite pour mieux l’observer. Je ne le connaitrais pas mieux, mais je me rappellerais de ses traits, de chacune de ses imperfections et des formes qu’il a, qui font de lui un être particulier. Si Tae Wan est insupportable, il n’en reste pas moins charmant. Une chose que je remarque à peine maintenant, en prenant ce temps que je n’ai pas pris auparavant. C’est idiot, mais ça me permet de me racheter une conduite. Non, c’est un peu plus louable que ça. Ça me permet aussi de faire un peu pression pour qu’il parle et je suis sur d’y parvenir, je suis têtu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kim Tae Wan
caught out of the world
avatar

pseudo : jiji
Messages : 9
Date d'inscription : 01/12/2013
avatar : Kim Jun Myeon


MessageSujet: Re: smile smile smile ! ♥   Dim 8 Déc - 21:41

Dehors le temps ne semble pas s'améliorer, parfois quelques ombres passent au travers des flocons, elles ne laissent aucune traces sur le sol et s'effacent avant d'arriver au trottoir d'en face. Les nuages se rassemblent au dessus des toits les plus bas, cachant ceux qui s'élèvent bien plus haut encore. Quand j'étais jeune je pensais que chaque âme pure gagnait sa place sur l'un de ces cotons flottant je m'imaginais contempler ma mère se faire poudrer le nez assise derrière son prompteur prés à donner les infos du soir. Allonger sur le ventre le visage pris entre mes mains potelées je me rêvais à les observer vivre sans que ma présence ne les dérange...
L'air frai ne m'aurait plus agresser , les regards des autres ne m'auraient jamais atteins ni détruit...Je suis faible de me laisser si facilement faire, de croire que l'avis des gens est la chose la plus importante. J'aurai pu, je crois faire fit de tout ça mais voilà j'étais obsédé par l'idée de n'être pas apprécié de tous, j'ai été stupide . Je me suis moi même saborder , à me comporter comme un parfait faux-cul .

L'atmosphère est restée pesante je ne comprends pas les motivations de Shin Il. Je ne sais même pas pourquoi ces regards coupables me dérangent tant ,j'ai la nette impression qu'il est au courant de quelque chose et cela m'effraie assez. Mes parents n'auraient peut être pas dissimulés le fait que j'ai chercher à mettre fin à mes jours? ça ne leur ressemble pas...A part si avouer cette chose honteuse leur permettait par la suite de s'attirer la sympathie du public...Oui je ne vois que ça ..Encore une motivation à ne vouloir revenir ,passé pour le dépressif suicidaire serait pire qu'un affront ..je me suis loupé comme un abruti, un raté ...ce n'est pas pour qu'ils me le balancent à la tronche en plus de tout ces autres défauts qu'ils arrivent à me trouver sans se forcer .

J'échappe un rire court mais cassant pourquoi me parle-t-il de ça ? Il pense être piéger dans l'un de mes rêves? Il est bien loin de saisir vraiment la profondeur de cet univers caché. Il n'y connait vraiment rien et je n'ai pas spécialement envie de lui donner des cours . Je tourne la tête vers lui ,affichant une petite moue je désigne la pièce de mon index et ouvre assez grands les yeux pour marquer mon étonnement ,comme si je ne m'attendais pas à la vérité que je vais lui lâché sur un ton moqueur.

"Tu crois que tout cela représente ce que je ressent en moi? Qui te dis que je me sens mal? Que je suis en détresse ? D'où sorts tu ces hypothèses farfelues?Tu dramatises trop . Tu ne me connais pas, je ne te retiens pas."

Nous sommes dans une partie de rêve montée de toute pièces, elle est en kit et nous laisse le loisir d'ajouter certains points mais pas les principaux . On peut s'y enfuir mais cela risque d'être corsé si nous sortons sous ce blizzard . Comment pourrai-je savoir si il est honnête, si il ne fait pas ça seulement pour avoir bonne conscience ? et quand bien même cela me ferai une belle jambe, je m'en moque à présent que certains culpabilisent enfin ,réalisent que leurs paroles peuvent blesser et même détruire quelqu'un. Il faut apprendre à dire les choses avec parcimonie même si toutes ces critiques nous brulent les lèvres . On me jugeait sans nulle doute hypocrite mais moi je n'ignorais pas cette règle de savoir vivre.

L'uniforme que je porte ne me réchauffe pas le moins du monde, je suis frigorifié et même si je sais que tout ça c'est psychologique je n'arrive pas à me réchauffer .Le pouvoir des rêves et tout ce qu'il y arrivent dépassent l'imagination la plus fertile ...C'est l'enfer ici mais je m'y complairai si un jour je serai forcer de choisir entre ici et le monde réel. Je n'y remettrai pas un pied, quitte à passer une éternité dans les abysses des songes .
Je vais feindre encore, comme si c'était aussi évident que ça . Il m'exaspère qui aimerai regagné son enveloppe charnelle alors que cette dernière a été rongé par une profonde peine , qu'elle a dû perdre encore plus de sa masse ,que sa peau tourne au translucide et que des escarres la creusent chaque jours un peu plus?
Je ne veux tout simplement plus être moi .

"Je ne vois pas de quoi tu parles. Sortir de quoi? Tu es entrain de dormir Shin Il ssi ..."

Mon regard croise le sien déterminé, je l'ai toujours juger comme un garçon entier qui avait de vraies valeurs j'aurai aimé pouvoir compter sur lui mais il a fait le choix de me juger comme les autres. Je passe une main dans mes cheveux secs à présent ,j'aimerai fermer mes paupières ça me couterai un retour dans ces eaux glacées mais ça m'éviterai aussi cette confrontation. Pourquoi alors m'obstiner à rester là? Je ne peux pas nier que voir un visage familier et réel si je puis dire me réconforte un peu, je sais que cela réanime un peu mon cœur et rallonge mon séjour mais j'en reste tout de même soulagé. Ce n'est pas un cauchemars ,je ne compte pas lui faire de fleur ni de grand sourire ,sa présence me suffit juste, elle m'apporte un peu de réconfort mais ça s'arrête là. Je n'ai plus besoin des autres pour vivre, il faudra qu'il s'y fasse.

Après un long moment je me relève et quitte mon poste d'observation. Le temps est toujours aussi déchainé, je n'y prête plus attention, je préfère aller explorer l'appartement où nous nous sommes établis . Il n'y a que deux autres pièces après le salon . La première est meublée, c'est une chambre de petite fille . Je ne suis pas touché par tout ça je sais que ce n'est qu'un rêve vierge qui n'attend que les marques laissées par des dormeurs de passages. Je referme doucement derrière moi et sursaute quand une ombre s'étend sur mon corps. Shin Il est plus grand que moi, ça m'insupporte.

"Il n'y a rien là dedans ."

Je ne fais plus attention à lui , je pousse le dernier battant ,la pièce est sombre, vide sale ...elle sent le renfermé les carreaux sont en partie manquants ...Je n'ose même pas y mettre un pied je déteste cet endroit ,il illustre concrètement le contenu de mon âme et celui de mon coeur . Ce n'est pas intéressant . Je passe tout prés de mon ex camarade et m'engage ensuite dans la petite cuisine . On ne ressent pas à proprement parlé la faim mais la sensation lorsque l'on mange est bien là. Je sors une pomme du frigidaire et croque dedans , le regard vide porté vers les baies vitrées du salon.

"En quel mois sommes nous?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Park Shin Il
caught out of the world
avatar

pseudo : krow
Messages : 12
Date d'inscription : 01/12/2013
avatar : Park Jae Hyeon

passe temps : photographie

MessageSujet: Re: smile smile smile ! ♥   Dim 8 Déc - 22:30

J’attendais des réponses et je me suis fait refouler. Un coup de poing dans l’estomac aurait été moins douloureux. Je n’aime pas me faire traiter comme ça, mais je suppose qu’il est en colère et il a ses raisons de l’être, alors je vais fermer ma bouche et me contenter d’accepter ce qu’il me dit. Je m’assois et reste planté là, c’est hors de question, je ne m’en irais pas. J’ai besoin d’avoir des réponses et de toute façon je ne partirais pas sans en avoir un minimum. Je suis sur et certain qu’il est mal, ce n’est pas mon rêve, c’est un monde complètement différent ! C’est forcément le sien, car il n’y a qu’un monde et plusieurs dominants et ce coup-ci, ce doit être lui. Je souffle un bon coup et demande de nouveau. Piégé ou non ? Il a l’air de vouloir rester et moi qui espérais... à croire que c’est vraiment pas de vaine.

« Justement, il y a toujours un moyen de sortir d’un rêve... tu es coincé et tu veux rester, c’est ça ? Pour quoi ? »

Qu’il ne me sorte pas que c’est la bande, c’est le classique ça... la bande n’y est peut-être pas pour rien, mais elle est la goutte d’eau plus que l’océan qui doit le submerger, j’imagine que ses parents y sont pour quelque chose. J’ai eu l’occasion de les voir à la télévision comme à l’hôpital, et franchement ils n’ont pas l’air de s’en inquiéter. J’espère qu’il ne lit pas dans les pensées... ce serait regrettable qu’il sache ce que je pense d’eux et qu’il croie à ça, je ne les connais pas, tout comme je ne le connais pas.

« C’est vrai ça... je ne te connais pas, mais tu ne m’en as pas vraiment donné l’occasion faut dire... »

Sauf s’il croyait qu’en m’achetant ce serait plus simple. Au contraire, ça complique tout... pire que ce qu’il peut bien imaginer. J’ai horreur d’être redevable et encore plus de profiter. J’avoue que sur ce point-là, les autres ont été de vrais salauds, mais en même temps... s’il propose d’étaler son fric, pourquoi est-ce que les autres refuseraient ? Par principe, je n’ai pas voulu abuser de lui. Qu’on ne me le reproche pas. J’ai bien agi, selon moi et pourtant je ne suis pas fier de beaucoup de choses.

Il se lève et observe les pièces annexées à celle-ci. Je me penche derrière lui pour essayer d’entrevoir à quoi ressemble tout ça. Une chambre de petite fille et l’autre... il ne m’a pas laissé voir. Ce pourquoi, faisant mine de rien, mains dans les poches je m’approche quant il s’en éloigne et abaisse la poignée. C’est morbide. Je referme et l’observe. Quand sommes-nous ? Il ne le sait plus ? S’il demande, c’est qu’il s’agit bien de lui, je n’ai plus de doute à avoir à présent... et c’est désespérant. Je ne demanderais plus « pour quoi ? » mais qu’il ne s’attende pas à ce que j’approuve.

« Tu es dans le comma depuis trois semaines maintenant. De quoi est-ce que tu as bien pu rêver tout ce temps ? Comment ça se passe ici, tu t’y plais ? T’es tout seul ici ? »

J’espère qu’il répondra que non, qu’il y a quelqu’un, mais d’un autre côté je vois bien que j’ai tort d’espérer. Il est seul, nous sommes seuls au calme ici. Je n’aime pas le savoir comme ça. J’ai envie qu’il se bouge. Je ris malheureusement, par la pression qui relâche de me savoir ici avec lui, mais aussi parce que j’ai du mal à y croire.

« C’est bête que tu me montres ton vrai visage seulement maintenant. Et encore... j’espère en apprendre plus, mais j’espérais plutôt que ce serait dans le monde réel. Mais... puisque tu n’agis pas comme ça dans le monde réel, alors je te rejoindrais ici... tu vois, c’est bête ce que je vais dire et tu pourras le prendre mal, je m’en fous, au moins c’est ce que je penserais sincèrement de toi. Mais, je préfère te voir comme ça plutôt que de faire le rigolo avec la bande... ça sonnait faux »

Et j’avais raison visiblement. Il peut m’en vouloir d’être si franc, j’ai toujours été comme ça, et puisqu’il ne prend pas de gants pour me dire de m’en aller et se moquer de moi, alors je n’en prendrais pas non plus. Le seul hic, c’est que je suis un peu trop mauvais... je m’emballe alors qu’il doit surement être assez mal comme ça sans que j’en rajoute. Je redescends et regarde dehors le blizzard. C’est un très beau spectacle dans cet appartement qui prend des teintes plus chaudes. Est-ce que c’est moi, est-ce que c’est lui ? Aucune idée, mais ce changement était nécessaire.

« Dis, ça t’a fait quoi ? Quand t’as essayé ? »

Je parle de sa tentative, j’y vais directement, il va vouloir me faire sortir à coup sûr, mais je vais m’accrocher. Je m’y attends, certainement que je serais surpris, mais je ne peux pas mourir ici, et j’ai ma propre imagination comme arme, une chance qu’elle soit terriblement prospère. Mais une chance pour moi surtout, car de son point de vue à lui ce sera un véritable cauchemar de me garder ici. J’espère que le temps ne s’écoule pas rapidement dans le monde réel, j’espère pouvoir lui remonter les bretelles encore un peu, me défouler sur le fait d’être ici et de ne pas pouvoir m’expliquer avec lui comme je l’entendais.

Je m’assois sur le canapé et le regarde marcher. Pourquoi tu as fait ça ? Sérieusement, tu crois que c’est mieux de rester ici ? Moi, pas. Je préfère que tu reviennes et que t’arrêtes de te voiler la face. Je préfère que tu me montres qui tu es, que tu pleures que tu ris ou que tu te mettes en colère n’a pas d’importance. Tu es devenu intéressant et tu m’as donné envie de faire cet effort dès l’instant ou je t’ai vu... si différent de celui que tu es dans le monde « réel » le Tae Wan qui sourit, et qui n’a rien de sincère vient de s’effacer totalement de ma mémoire pour laisser place à ton vrai toi. Tu ne pourras pas me le cacher longtemps, car je suis dans ta tête alors ne te force surtout pas et dit moi, dis moi tout ce qui te passe... dis moi tout ce dont tu as envie... je ne te jugerais pas. La seule chose pour laquelle je le ferais c’est ce geste... plus cruel de choisir le silence éternel que la parole juste. Encore, je te retrouve... toi qui dit donnes tes cartes bleues et tes tickets restau pour attirer les autres, est-ce que tu as voulu t’ôter la vie pour ne pas déranger ? Pour ne pas les blesser où est-ce pour ne pas subir leurs rires moqueurs ?

Allé, répond... défoule toi, balance moi des objets, fait moi peur, fait moi pleurer, je n’attends que ça, pour me soulager moi même de mes peines, mais pour t’entendre me le dire que je suis un abruti, que je n’ai rien vu venir... et que je n’ai pas le droit de regretter parce qu’on n’était rien l’un pour l’autre. Dis-le-moi que je suis un égoïste, dis-le... et je te dirais ce que je vois en toi à mon tour. Je n’attends que ça... je veux que tu cries, que tu me montres qui tu es et ce que tu penses vraiment de moi, quel être abject je représente à tes yeux ? Un démon ? Un rat ? Une immondice de la nature ? Exprime-toi... et fais moi ressentir minable de t’avoir mis dans cet état... je suis en partie responsable, ne tiens-tu donc pas à la vie pour pouvoir rejeter la faute sur les réels auteurs de ton malheur ? Ou bien est-ce que tu es bien trop accroché à la mort ? Montre-toi...

Est-ce que tu aurais agi comme ça, si tu avais su que je ne les aurais pas approuvés ? Car pour moi, toute cause juste est défendable. Tu n’avais pas le droit de faire ça... tu n’avais pas le droit de les laisser choisir ton destin funeste de cette façon. Mais par chance, ou non, tu t’es loupé. Et j’en suis bien content. Maintenant, dis-moi, dis-moi si tu t’es senti mieux après avoir essayé, hein ? Qu’est-ce que ça t’a fait ? Tu te sens comment à présent ? Plus minable qu’avant ? Pauvre de toi... je ne suis pas le mieux placé pour te comprendre, mais à défaut d’avoir un psychiatre endormi près de toi... moi, je fais l’effort d’essayer de toutes mes forces. Et crois moi, que tu le veuilles ou non, je te botterais le derrière et j’y parviendrais, j’y arriverais, je comprendrais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kim Tae Wan
caught out of the world
avatar

pseudo : jiji
Messages : 9
Date d'inscription : 01/12/2013
avatar : Kim Jun Myeon


MessageSujet: Re: smile smile smile ! ♥   Dim 8 Déc - 23:50

Mes dents s'enfoncent encore une fois dans la chaire de ce fruit juteux, mes lèvres s'y pressent et ma langue vient récolter le jus qui coulerai presque sur mes doigts si je n'étais pas vigilent . Trois semaines déjà? ça me fait drôle dans ce monde là le temps passe plus vite mais il semble plus décousu, il y a moins d'heure ,la nuit arrive aussi vite que le soleil se lève. Je suis un peu déstabilisé par cette nouvelle, je dois être horrible à voir allonger comme un presque mort sur ce lit d'hôpital...Pourquoi me maintenir en vie? Si c'est à moi de décidé de mon retour alors vous pouvez être sûr que j'ai signé pour un allé simple.
Cette ville enneigée je l'ai déjà visité plusieurs fois, combien? je ne m'en souviens plus bien, tout les jours se ressemblent mais je sais que je m'étais installé dans un appartement, celui sous les toits... Il y faisait bien meilleur qu'ici .

Je laisse négligemment tomber le fruit sur le plan de travail ,je m'en moque un peu après tout rien ne me certifie qu'il sera encore là quand je me retournerai .

"Je suis seul ,parfois je croise d'autres dormeurs comme toi. Je ne m'ennuie pas je peux rester très longtemps assit à regarder le ciel."

Je ne lui parle pas de cette océan glacé qui m'étreint à chaque écart ,il m'est même arrivé de m'y retrouver alors que je n'avais rien fait de travers. Je crois qu'il est un peu la représentation de mon état physique ,plus mon corps sera soumis à des chocs plus mes passages dans ses eaux troubles et froides seront longs. Je m'y enfonce les vagues sont parfois si forte que je ne peux pas remonter à la surface. Il est trop curieux ,nous savons tout les deux que les masques sont tombés, je ne peux plus affirmer que tout ça n'est que le fruit de son imagination, je ne vois pas l'intérêt de continuer à lui mentir .Oui je suis TaeWan mais ça s'arrêtera là, il ne me fera pas changer d'avis ni ne me ramènera, à la moindre contrariété je m'en irai et il ne me retrouvera jamais .

Il est agressif ses regards sont durs , trahissent sa rancœur et ses reproches .C'est toujours comme ça les gens qui ne traversent pas cet état de dépression ne peuvent pas comprendre ce qui nous pousse à agir . C'est tellement libérateur quand le sang coule ,que la corde se serre ou que le corps se détend dans l'eau ...On contrôle notre destin , notre douleur et même l'issue où nous mènera forcement toutes ces mutilations .
C'est comme une drogue ,j'ai mit du temps à laisser ma lame de rassoir percer ma peau , trancher mes poignets et libérer ce flux de douleurs qui me comprimait de l'intérieur . ça avait besoin de sortir, je devais extériorisé cette frustration cette souffrance et c'était le seul et bon moyen . Annonçait-il forcement que je passerai à l'étape supérieur par la suite? Je le crois bien car plus je me faisais du mal plus j'avais besoin que les crevasses soient profondes, que la liqueur de vie qui coulent dans mes veines ouvertes soient abondante à éclabousser le sol ou mes vêtements. C'était devenu ma seule joie de la journée , la dernière forme d'exutoire avant la scène finale ...Celle que j'ai laissé passé en montant sur les planches avant l'heure. Je ne suis pas mort et pour être honnête ça me fait bien chier .

Son ton chargé de reproche je ne préfère pas répondre il m'énerve de plus en plus mais je me réconforte en me disant qu'éclater ne me fera que perdre du temps et lui le rendra trop heureux de m'avoir fait craquer. Il ne me connait pas, il ne m'a pas laisser la chance de l'approcher ,oui je souriais souvent ,j'étais dû genre à critiquer facilement et je dépensais mon argent à foison.  Qu'est ce qui lui faire dire que je ne suis pas ce Tae' là hein? Même moi je ne suis pas certain d'être quelqu'un d'autre. Je suis juste plus amer et je n'ai plus rien à perdre, je m'en fiche de paraitre mauvais de montrer mon vrai visage. Je n'ai pas besoin de me rattraper ou de sauver les apparences. Ici c'est la loi du plus fort, il marche ou crève mais une chose est sûr : je ne l'emmènerai pas avec moi.

Je quitte mon poste et viens m'assoir juste face à moi dans le petit fauteuil . Je l'observe ,les bras croisés. Après tout je ne sais pas qui il est vraiment ,je l'ai idéalisé parce que nous n'étions pas proche mais au final il est peut être aussi désespérant que tout les autres?Oui je me suis laissé guidé par la douleur que les autres m'ont causés, je n'ai pas su avancer malgré l'adversité mais j'assume . Je n'aurai rien pu faire d'autre ,ni relativiser ni prendre mon courage à deux mains pour aller leurs dire à eux aussi leurs quatre vérités. J'étais mal ,je suis né comme ça ils ont juste piétinés les derniers maigres espoirs qui me faisaient tenir .

Pourquoi souffrir alors que je suis un enfant riche ,que l'on m'a toujours tout céder ? Je ne sais pas moi même voilà sans doute pourquoi j'ai longtemps rejeter l'idée que j'étais malade psychologiquement . Pour moi seules les personnes vivantes dans la précarités ou avec un passé douloureux pouvaient se permettre de se plaindre ,de souffrir de cette maladie mentale si peu connue. Mais qu'est ce que vous voulez, je ne peux plus le nié, je suis juste un sale gosse qui n'a pas trouvé mieux à faire que de se ronger l'esprit de pourrir ses relations sociales ..et de perdre gout à la vie .
Je suis monotone, mon apparence à toujours reflété ce que j'étais au plus profond de moi, ma peau trop pale qui ne prenait pas la lumières, mes yeux en forme de gouttes qui s'étiraient plus vers le bas comme prédestinés à facilité la course des larmes le long de mes joues creusées.
Je suis petit, je n'intéresse personne et attire encore moins l’œil je suis quelqu'un de banale , un grain de poussière qui ne laissera aucune trace sur son passage après avoir été balayée .

"J'ai été honnête, peut être trop con à vouloir être ami avec vous. J'ai vécu de bon moments, merci."

Je lui fais un sourire qui se veut sincère je vais mettre un terme à cette rencontre je veux qu'à son réveil toute notre discussion ne soit plus qu'un brouillard dans son esprit , que mon visage et mes mots s'effacent ,se mêlent et finissent par être oubliés. Voilà la seule porte de sortie que j'ai trouvé . La pièce est plus clair ,nous devons entrer dans un nouveau cycle bientôt la neige arrêtera sa folle course du ciel au sol cotonneux . Je vais peut être sortir lui s'éveillera sans doute mais moi je passe tout mon temps ici . Je vais remonter vers le nord de la ville je crois qu'il n'y a pas de montagne . La différence entre un rêveur et un prisonnier? Je ne peux pas créer un univers entier, pourquoi? parce que je ne dors pas mon subconscient ne prédomine pas dans mes choix et suggestion je suis bien présent ...alors mes interventions se limitent à des meubles, des vêtements qui pourraient apparaitre ici et là...voir des changements de température, mais c'est tout je ne peux influencer sur rien et c'est dangereux .

Je me relève avant qu'il ne me saute à la gorge , je m'apprête à quitter l'appartement à le laisser là sans un mot. Je trouve un manteau suspendu dans le couloir et l'enfile, la fourrure est épaisse, et j'aime la couleur turquoise du vêtement .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Park Shin Il
caught out of the world
avatar

pseudo : krow
Messages : 12
Date d'inscription : 01/12/2013
avatar : Park Jae Hyeon

passe temps : photographie

MessageSujet: Re: smile smile smile ! ♥   Mar 10 Déc - 14:41

La solitude est une amie fidèle qui laisse doucement place à la folie, est-ce qu’il le sait ? Il est déjà fou, j’imagine. Vouloir se terrer dans le silence plutôt que d’engager une conversation plus sincère, plus sérieuse. Je lui en veux, mais je m’en veux aussi d’agir aussi méchamment avec lui, de le pousser à bout et de n’avoir aucune réaction. J’ai compris Tae Wan, le silence est le meilleur des mépris et tu t’obstines à me faire payer mes fautes. Pour autant, je ne resterais pas silencieux, je mérite de savoir... et je n’ai pas envie que tu redeviennes celui que j’ai eu l’occasion de voir. Ce merci qui sonne si faux me hérisse le poil, tu ne peux pas savoir à quel point il m’est insupportable de l’entendre. Je souffle et je te vois te lever, après un long moment de silence qui m’aura permis de m’acharner et de me triturer l’esprit à savoir ce que je pourrais faire, non pas pour me faire pardonner, mais pour aider cette fois.

Je me lève à mon tour et te suis, sans dire mot, n’ayant qu’un pas ou deux qui permettent une certaine distance. Mais quand tu enfiles ton manteau, je me dépêche d’enfiler le mien et m’agrippe à ta main d’une façon plus délicate que prévu et qui me surprend aussi. Malgré tout, à l’instant où j’ai effleuré ta peau, j’ai eu la vision de tes poignets encerclés par de longues bandes blanches tâchées de sang. Je déglutis et resserre très légèrement ma prise afin que tu ne m’échappes pas. Si tu comptes t’en aller, alors fais-le dignement. J’exige un au revoir... et seulement cela, car sois en sur, nous nous reverrons, ici ou ailleurs... tu n’as pas fini d’entendre parler de moi.

« Tu vas devoir me supporter encore un peu plus longtemps, désolé, mais je n’ai pas eu beaucoup de réponses... alors, je vais prolonger mon séjour. Attends-toi à ce que ce soit fréquent... je viens te voir tous les jours depuis deux semaines... »

Une chose que je tenais à préciser, non pas pour les applaudissements et remerciements improbables, mais parce que je fais beaucoup d’efforts pour tenter de comprendre et que je n’y parviens pas. J’aimerais qu’il s’énerve, qu’il me crie dessus, mais je me rends compte que ce n’est pas la bonne façon de faire et ça me désespère. Je n’ai jamais été très doué pour les déclarations enflammées, ne serait-ce que pour mes ex... alors le manque de tact concernant les dépressifs, ça me connait. Nous ne serions pas là sinon.

La neige est toujours aussi danse, je ne perçois que nos doigts gelés, une impression qui ne me fait pas sourire, car rien de tout cela n’est réel et que je le ressens pourtant très bien. Je ne lâche toujours pas sa main et mon silence va finir par nous agacer tous les deux étant donné les circonstances, mais je n’en ai que faire. Je ne sais pas quoi lui dire de plus, je ne cherche même pas mes mots et je ne chercherais pas d’excuses, pour la simple et bonne raison que moi, le ridicule me tuerait, tellement je suis mauvais menteur quand tout devient trop sérieux.

Je ne sais pas où il nous emmène, je suis certain qu’il n’avait pas prévu que je le suive, mais maintenant il n’y peut plus rien, il ne me connait pas, mais je suis assez déterminé, plus que lui sans doute. Instinctivement, je vérifie si sa peau est marquée, ça n’est pas le cas. Ça lui rappellera surement le fait qu’il se soit manqué et qu’il n’est plus dans le monde réel, mais ça ne le trouble pas plus que cela si j’ai bien compris. Il est fou de préférer ce monde au nôtre. Je souffle et regarde autour de nous, il y a une mer en face, mais je préfère prendre le cabanon qui se trouve au bord. Étrangement, après avoir poussé la porte, j’ai l’impression d’être dans un chalet et me débarrasse de mon manteau très semblable au sien. Je voudrais le lui laisser... échanger nos vestes pour qu’il se souvienne de moi, dans le cas où je ne pourrais pas revenir... car c’est envisageable, du moins pour un jour ou deux, ne serait-ce que pour l’assimilation de tout ça. Encore que je n’aimerais pas le laisser seul trop longtemps.

« On n’était peut-être pas les meilleurs amis du monde, mais je n’ai jamais voulu te faire du mal. Tu peux rire si ça te chante, mais c’est la vérité. »

Je ne le laisserais pas s’enfermer de cette façon, sans comprendre, sans avoir la moindre explication valable tout simplement parce que personne ne mérite ce sort et que si parfois, je le trouvais exécrable, il n’a jamais réellement mal agit au point que je lui dise ses quatre vérités. J’aurais été abominable et j’aurais été responsable entièrement de son malheur, sauf que ça n’est pas le cas alors autant rattraper les erreurs que j’aurais pu commettre et appréhender son caractère, anticiper plus ou moins ses réactions, sans le manipuler pour autant. Je ne prendrais pas de pincettes, car au fond, changer ne ferait qu’accentuer son mal-être. Je n’ai pas pitié de lui, je veux l’aider et pour le lui prouver il n’y a rien de mieux à faire. J’avoue m’être emporté, mais je ne le regrette pas, ça m’a fait du bien, même si je suis terriblement frustré qu’il ne m’ait pas répondu, seulement par ce « merci » glacial et faux.

Je tire sur son poignet parce qu’en entrant je ne l’ai toujours pas lâché après m’être dévêt. Comme si j’avais peur qu’il s’enfuie, qu’il me laisse là comme un idiot. Je l’oblige à se retourner, face à moi, nous sommes très proches. Ça me dérange d’être si proche de quelqu’un que je ne connais pas encore, mais je ne dis rien, ça n’est pas ma priorité.

« J’ai très envie de savoir, mais je ne te demanderais rien... alors, ne me laisse pas là, autant rester tous les deux. »

J’avais presque envie de rajouter « parle moi de toi », mais je n’ai aucune envie qu’il y voie une quelconque tentative de le faire parler. Je suis, de toute manière, très mauvais psychologue. Je m’assois de nouveau et essaie d’apprécier mon séjour, sans comprendre ce qu’il trouve de bon à rester ainsi des heures, des journées entières. Il fait chaud, l’intérieur de cette maison me dit quelque chose, peut-être un souvenir d’enfance durant des vacances, est-ce que ses souvenirs sont aussi bons que les miens ? Je ne peux pas m’empêcher de me poser des questions, et finis par me mordre la lèvre. Je ne suis pas très sociable, mais ce qui me manque le plus quand il ne faut pas parler, c’est... de parler justement, et il doit le sentir, au point que ça en soit presque comique malgré l’état dramatique de cette situation.

« Je suppose que t’es déjà allé en vacances ? T’as visité beaucoup de pays ? »

C’est surement la première fois que je m’intéresse vraiment et autant à lui, j’espère qu’il saura l’apprécier. Je ne me force même pas et c’est sans doute ce qui me détend un peu, en espérant qu’il ne gâchera pas ça... en ne voulant pas se prêter à mon interrogatoire qui n’en est pas vraiment un et qui nous permettrait de nous connaître l’un, l’autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kim Tae Wan
caught out of the world
avatar

pseudo : jiji
Messages : 9
Date d'inscription : 01/12/2013
avatar : Kim Jun Myeon


MessageSujet: Re: smile smile smile ! ♥   Jeu 9 Jan - 0:00

Pourquoi s'obstine-t-il à me suivre? Est-ce vraiment moi qui ai besoin de son aide? C'est plutôt le contraire et je crois qu'il le sait aussi bien que moi. Ce monde est le mien à présent et même si certaines de ces faces m'effraient encore j'arrive quand même à survivre. ça ne sera jamais aussi horrible que dans l'univers que nous partagions ensemble, dont nous foulions le sol dans un même mouvement.
J'ai toujours été seul, même si j'avais un groupe je ne me suis jamais senti intégré pourtant découvrir qu'ils me haïssaient tous pour des raisons différentes m'a fait souffrir, énormément. Mon cœur c'est déchiré, ma colère c'est répandu dans mes veines...l'Envie d'en finir à fini de faire déborder mon flux vital.
Je ferme les yeux affrontant le froid extérieur qui me griffe avec rage le visage, même les éléments semblent déchainés, je ne suis pas certain que tout cela soit le fruit de mon bon vouloir ,je pense que c'est simplement l'endroit qui fait ça. Après tout, certains rêves ne sont pas le fruit de l'imagination fertile de l'Homme, tout est si complexe, je suis persuadé que ce trou noir continuera de nous en apprendre après des dizaines d'années. Suis-je immortels si je reste coincé là? Si c'est le cas alors autant rouvrir les yeux et retenter sa chance cette fois pendue au bout d'une corde. Qui a-t-il après la mort? Ce piège-ci se referme sur nous et nous voilà prisonnier de cette cage, le corps éteins l'esprit endormi à jamais? Ou bien faisons-nous face à toutes les erreurs que nous avons commise et ceux jusqu'à l'extinction de la race humaine?
TaeWan a quoi pense-tu, il n'y a rien de tout cela, pour une raison inexpliquée tu t'es retrouvé piéger en plein rêve mais sache une chose: après le trépas il ne se passe absolument rien, le néant.

J'aimerai trouver cette forme d'apaisement, après tout je n'ai aucune personne à protéger, je ne serai l'ange gardien d'aucun de ces traitres qui osent encore aujourd'hui se dire mes amis ,sans rougir ni comprendre qu'ils sont en grande parti responsable de ma déchéance. De l'éclatement de cette souffrance qui grandissait en même temps que moi, qui se nourrissait de toutes mes désillusions, de mon désespoir mais surtout de cette solitude qui ne m'a jamais vraiment quittée. Avoir un peu de répit c'est tout ce que je demande, mais pour que ma requête soit exaucé je dois faire les choses correctement, finir le boulot que j'ai ridiculement raté.

Mensonge, mensonge.

Comment un garçon qui m'a toujours méprisé peut-il se rendre aussi souvent à mon chevet? Cela lui donne-t-il bonne conscience? Si c'est le cas qu'il arrête son petit manège dés maintenant ,je n'ai pas envie qu'il se rachète en se servant de mon cas pathétique. Il y en a plein des désespérés qui n'attendent qu'une chose, qu'on leur tendent la main qu'il aille jouer au Messie, moi je n'ai pas besoin de lui. Je n'attends rien de personne.
Ma main froide tente de quitter la sienne ,je me retiens de lui cracher toute ma rancœur au visage, ça ne servirai à rien, je n'ai pas de temps à perdre avec un rêveur qui ne m’a jamais porté dans son cœur.
On traverse ces tornades de flocons ensemble, je ne peux pas me défaire de sa prise car il l’a rend insistante, si mon sang aurait vraiment afflué dans mes veines je suis sûr que sa prise aurait coupé ma circulation.
Sa poigne me fait une nouvelle fois plier . Sans m’y attendre il retrousse ma manche, laissant ma peau pâle et vierge de toute traces être agressés par ce vent carnassier .
Je grogne en récupérant mon membre, le pressant maladroitement contre mon torse. Il sait.

Je crois qu’à l’hôpital personne n’a pris soin de masquer ce geste honteux que j’ai été incapable de faire correctement.

Cette mer par laquelle je suis arrivée s’étant à perte de vue juste sous nos yeux. Je me perds un instant dans sa contemplation je suis à la fois ensorcelé et terrorisé par ces flots déchainées qui me rappellent que trop bien là d’où je viens. Au moindre dérapage, dés que Shin Il se réveillera je me verrai jeter par une force invisible au milieu de cet océan déchainé…Comme si je n’avais jamais rien mérité de mieux que de souffrir jusqu’à en mourir.
Me laissant guider , à moitié trainé dans la neige je suis étonné de découvrir, caché derrière quelques rochers un abri de pêcheur. Depuis quand ce cabanon ce trouve-t-il ici?

L’intérieur est bien plus cosy est spacieux que ce qu’on pouvait voir du dehors. Je ne m’en formalise pas, j’ai perdu gout d’annoter ce genre de petits détails qui m’auraient sans doute fait sourire quand j’étais enfant. Mon manteau peine à glisser le long de mes épaules, je porte toujours ce ridicule uniforme scolaire qui me rappel ces années de mensonges qu’ils m’ont fait vivre, que je me suis moi-même complait à subir.
Je ne suis pas ce minable poussin noir caché sous son bout de coquille qui accuse le monde de tout les maux. Je suis le premier à avouer mes torts, ces idées préconçues qui m’ont dictés mes codes et qui m’ont fait croire en de foutaise risible. L’argent n’achetait pas tout ,dire les choses sans tact n’aidait pas à être apprécier ,sourire constamment ou se plaindre comme le ferai une vieille à l’article de la mort finit par agacer et créer de la colère chez celui qui sert de réceptacle à toutes ces lamentations.
Qui-suis-je?
Je ne serai capable que de dresser une description abstraite de ma propre personnalité, je connais mon nom, le lieu de ma naissance ,je sais ce que j’aime manger et les musiques que je trouve assourdissantes plus qu’autre chose. Mais le reste?
Il n’y a rien ,tout ce contredis dés lors que je songe à la même question posée à un autre moment de la journée en compagnie d’une autre personne.
En clair auprès de mon père j’étais naturellement disposé a écouté ses conseils alors qu’en cours je réfutais tout cela avançant que j’étais un enfant intenable qui ne suivrai jamais le chemin de papa.
Les salles de cinéma m’ont toujours angoissé , je n’ai jamais aimé la neige mais pour faire plaisir à mes amis j’ai payer le séjour à tout le monde ,voulant bien me faire voir j’ai même loué les services d’un moniteur et me suis fait secrètement briffé… La peur de l’échec, de n’être rien de plus qu’un branquignole … Je ne suis rien ,qu’un écho qui tente péniblement d’imiter la voix du vent.

Nos regards se croisent ,devoir lever rien qu’un peu le nez pour le fixer dans les yeux m’insupporte, j’ai un réel souci d’infériorité que j’aurai du étouffé avec le temps.
Je ne dois plus accorder la moindre importances à ces choses là, la Vie elle-même ne m’apporte plus rien. Il prend ses aises sur le canapé, j’en profite pour faire un tour du vaste salon, les poutres aux plafonds sont vernis, la cheminée en chêne massif m’intrigue et me séduit à la fois. Je suis certain que ce lieu ne se trouvait pas là avant qu’il arrive. À quoi joue donc le monde des rêves et cauchemars?
Sans un bruit je viens prendre place face à lui ,dans un fauteuil en osier au finition pointilleuse ,recouvert d’un plaid polaire et d’une épaisse fourrure blanche.
Quand mes doigts caressent le tissus duveteux j’ai la nette impression de sentir ces poils animal venir titiller mes capteurs sensoriel …la réalité n’a plus rien de distrayant quand on a gouter aux charmes diabolique de celle des songes.

« Pas beaucoup. Ma mémoire me joue des tours, je ne me souviens plus des noms ».

C’est à la fois vrai et faux. Plus le temps passe plus ma mémoire s’effrite et laisse échapper par de minuscule brèche des souvenirs de mon enfance, ces ouvertures finiront par s’agrandir et videront entièrement mon esprit du moi d’autre fois.
J’oublierai alors que je ne désirai pas vivre ,c’est une bonne alternative si jamais je reste enfermé à jamais dans cette autre dimension.

Je n’ai jamais rien su de lui, ce n’était pourtant pas faute d’essayer . Il avait cet air suffisant que je lui détestait ,je n’étais sans doute pas assez bien pour monsieur qui se gardait bien alors de se confier à moi. Maintenant il joue au prince en venant à mon secours, je n’ai entendu aucune princesse poussée sa mélopée alors qu’il rengaine son épée et retourne à sa monture. Il n’y a personne à secourir ici.
Si je lui donne ce qu’il veut il ne partira pas de sitôt mais si je m’obstine à garde bouche close il fera exactement la même chose pensant que c’est par la force et l’acharnement que je céderai.
Je vais donc le faire plus subtilement ,il ne se rendra compte de rien et je pourrais m’en débarrasser définitivement.

« et toi? »

Quel effort, qu’il le note aussi ou bien tiens , non . J’en ai strictement rien à faire. Ma joue s’appuie contre l’une des alcôves du haut dossier, mes paupières se font lourdes mais je ne peux les fermés…quoi que si, cela réglerai mon soucis, il se verrai tirer de ce rêve sans dormeur et moi je retrouverai les eaux glacées de cet océan sans nom.
Mes doigts se croisent sur mes genoux, j’adopte une posture assez coincé mais qui est requise quand on est convié à des diners diplomatiques.
Lui par contre je ne peux pas en dire autant mais on ne peut rien reprocher à un garçon qui n’a jamais été rien d’autre qu’un sale emmerdeur qui se croyait mieux que tout le monde.
Le vent souffle si fort que la porte tremble sur ses gonds, mon humeur influence grandement le temps qu’il fait dehors, mais rien de plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Park Shin Il
caught out of the world
avatar

pseudo : krow
Messages : 12
Date d'inscription : 01/12/2013
avatar : Park Jae Hyeon

passe temps : photographie

MessageSujet: Re: smile smile smile ! ♥   Mer 12 Fév - 17:18

Il est silencieux, froid, autant que la neige au-dehors que nous venons de traverser. Je lâche son poignet une fois avoir caresser la peau sans cicatrice à cause de son geste légèrement violent. Je laisse échapper un « tss » qu’il ne mérite pas. Ce n’est pas à lui que j’en veux spécialement, mais à moi et à ces amis. Nous n’avons pas su voir sa détresse. Il la cachait si bien. Je me mords la lèvre et m’installe face à lui pour quelques révélations. Je sens dans son regard qu’il n’en croit pas un mot et pourtant c’est la vérité vraie. J’ai envie de le secouer et de lui dire d’arrêter de me prendre pour un idiot, mais je n’en ai aucun droit, à force de me restreindre dans mes moments avec lui, il a finit par se faire une image qui n’aurait pas dû naitre.

Ses vacances il ne s’en souvient pas, et moi le peu que je peux retrouver me suffit pour mettre des noms, des visages et des sons, toutes ces choses que je n’ai pas envie de perdre, lui veut tout oublier, tout jusqu’à même son existence, de sorte que je lui souris, presque méprisant.

« C’est à cause de ton comma... plus tu restes, plus tu oublies... mais tu n’oublieras pas qui tu es, juste pourquoi tu es ici, pourquoi tu erres... tu ne deviendras qu’une ombre prisonnière et moi, je ne te laisserais pas faire. »

J’avais des idées en tête qu’il n’appréciera sans doute pas, aller chercher à la source ces précieuses informations pour stimuler son intellect, durant son sommeil comme dans ses rêves dont je fais partie maintenant. Il va devoir me supporter et j’agirais tout comme lui, avec calme, mais beaucoup d’impact. Que ça lui plaise ou non, je le forcerais à garder une trace de sa vie. Je sais que ce monde est assez libre et lui permet bon nombre de manoeuvres, mais ça n’est pas son monde et je n’ai aucune envie de me sentir coupable à cause de cette histoire. Je ne devrais pas, je n’y suis pour rien concrètement, et pourtant, j’ai envie de l’aider et je me dis que si j’avais fait plus attention peut-être que j’aurais vu, mais j’ai été aveuglé. Je n’ai pas su voir à quel point il était malade.

Il me retourne la question, l’air de rien et j’en ris presque. Ce n’était pas vraiment ce que tu voulais dire, n’est-ce pas ?

« Je me souviens des vacances en famille... un peu barbante et de celles qu’on passait entre amis »

Tae Won n’avait pas toujours été là et je commence à comprendre pourquoi, inconsciemment, c’était comme si j’avais toujours soupçonné les autres. Mais je préfère de loin celles où il était là, non pas parce qu’il voulait toujours tout payer, mais parce que je pouvais avoir des conversations un peu plus philosophiques avec l’un d’entre eux. Il n’y avait que ces longues conversations qui nous unissaient, ça n’était pas plus mal. Aujourd’hui, il n’y a que ces rêves partagés et sans fond, il va tout oublier, c’est ce qu’il veut et je le vois. Mais je ne le laisserais pas faire.

« Tu devrais te souvenir des weekends à la neige, ça n’est pas bien différent de cet endroit, excepté que ça n’est pas au bord d’un lac... mais d’une station de ski. Tu es sûr de ne pas t’en souvenir ? On parlait beaucoup le soir... »

Il est intelligent et il sait ce que je souhaite : qu’il s’énerve. Il ne le fera pas et peut-être qu’il entrera dans mon jeu, seul moi ressortirai vainqueur, qu’il ne se leurre pas, je compte bien prouver qu’il a tort de me faire face quant je tente au mieux de l’aider. Cette décision qu’il a prise me concerne dans le sens où mourir ne devrait pas être un choix, mais une fatalité, ce n’est pas juste qu’il mette fin à ses jours pour des raisons que je trouve futiles. Je voudrais qu’il en prenne conscience, et ce, même si ça ne sera pas tâche facile. Je ne le sauverais pas... je n’ai pas le profil pour, ni même les épaules pour me prétendre un héros. Mais je serais là, c’est ce qui est important. Je le regarde dans les yeux et lui sourit de cette façon malicieuse, sur on ton de défi. Il le prendra comme il le souhaite, c’est à qui sera le plus patient et même si ça n’est pas l’une de mes qualités premières, pour un enjeu aussi considérable, il ne peut en être autrement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kim Tae Wan
caught out of the world
avatar

pseudo : jiji
Messages : 9
Date d'inscription : 01/12/2013
avatar : Kim Jun Myeon


MessageSujet: Re: smile smile smile ! ♥   Mer 14 Mai - 21:12

Il parle, gaspille sa salive croit-il qu'il m'apprend quelque chose en me révélant que ma situation physique bloque mon psychique et me fait oublier ma vie dans l'autre monde? C'est volontaire je n'ai plus envie de me souvenir, de me rappeler de ces sourires et accolades hypocrites, de ces personnes que je qualifiais de parents qui n'ont rien fait, qui n'ont rien vu. Mes doigts se crispent, je suis sûr que allongé à moitié mort sur ce lit d'hôpital mes vrais mains se serrent en poing aussi.
Même si ses mots me dérangent et m'irritent ils ne seront jamais assez fort, il n'arrivera pas à me sortir de là.
Certes j'oublie pas mal de chose, je perds parfois le file de mes pensées ou je peine à parler correctement mais je reste déterminé, je ne quitterai pas cette endroit..J'y passerai l'éternité tout entière je m'y suis préparé.

Je sais à peu prés comment faire pour le renvoyer d'où il vient, il se croit malin mais là je suis juste encore assez passif. J'éprouve une certaine appréhension à devoir me battre de nouveau contre les flots c'est peut être pour cette raison là que j'accepte qu'il déblatère ses idioties.
Je ne suis rien je n'ai jamais été quelqu'un mais à présent perdu dans cet entre deux je vois une partie de ma personnalité se détacher de ce cube compacte et insipide. Je peux me montrer très insistant, cynique même ou complètement l'inverse ignorer au point que l'autre doute de sa présence.
Ce retrouver seul force à devenir plus fort, je n'ai plus personne à acheter aucune amitié à quémander..Alors je les emmerde tous.

Le voilà entrain de se confier rien qu'un peu mais cela suffit à me laisser un gout amer sur la langue. Moi qui lui ai si souvent couru après, qui lui souriait, lui proposais d'acheter tout ce qu'il voulait...J'avais foiré avec les autres, je n'avais pas obtenu la première place dans leur cœur, je voulais contrait ça avec ce nouveau...Il n'était pas encore bien en place dans le groupe je voulais alors être celui qui initie, celui dont il aurait été redevable...Et forcement le plus proche.
Mais voilà il a fallut qu'il doute de moi, qu'il me prenne de haut et me juge de face comme les autres le faisaient dans mon dos. C'est à ce moment là que j'aurai du comprendre, quand j'ai compris que Shin Il ne pouvait pas me blairer. J'ai été trop con, aveuglé par cette recherche perpétuelle de lien durable..Si j'avais prit le temps de tout mettre à plat, si je n'avais pas été aussi passif à accepté qu'ils m'oublient en soirée, qu'ils ne préviennent même pas et ne m'appellent que lorsqu'il était question d'argents.
Je sais que je suis coupable voilà pourquoi j'ai agit ainsi, voilà pourquoi pour la première fois de ma vie j'ai pris une décision censé. C'était douloureux, mais l'eau gelée dans laquelle j'étais étendue à rapidement adoucis sans couper le flux sanguin...Je voulais faire ça comme ça, pour marquer les mémoires...J'avais envie de tous les détruire mais encore une fois mes désires ont été bafoués par d'autres.

Commencerai-t-il à dérailler? Je relève la tête et plante mon regard noir dans le sien. Je ne dois pas m'emballer, si je le fais alors les élements qui nous entourent risque d'être altérer même si nous ne sommes pas dans un rêve qui m'appartiens. Je n'ai pas envie que le choc le réveille car je ne suis pas encore prés à retomber aux milieu de ces eaux glacées. Je refoule alors toutes ces vagues de colères, il m'irrite le fait-il volontaire?
Quittant mon fauteuil ancien j'ose m'avancer jusqu'à lui, je lui offre le même type de sourire:

"Oh, non je ne m'en souviens pas. J'ai lu il y a longtemps qu'on oublie en premier les choses les plus futiles,je crois que ces supposées discussions en faisaient partis. Désolé même si je ne suis pas certain que cela t'affecte."

Dehors la neige redouble d'intensité elle recouvre les encadrements en bois qui délimitent les neufs carreaux des fenêtres. Je m'en approche comme absorbé par ce givre qui me broie si souvent l'extrémité des membres..Toutes ces sensations sont si réelles...Affectent-elles m'ont corps de l'autre côté? Et est-ce que les soins subit dans le vrai monde peuvent m'accommoder ici? Je ne pourrai pas répondre à ses questions, je me trouve perdu en plein océan quand je n'ai aucun visiteur. Si je ne me débattais pas je me laisserai submerger par la mer et ses flots déchainés...Peut être que dans l'univers de Shin Il mes constantes baisses dans ces moments là?
Suis-je prés à me suicider même dans un monde parallèle?

Le feu crépite dans l'âtre, ce son m'arrache un fin sourire qui disparait rapidement pour laisser place à se masque de l'indifférence que j'ai revêtu bien avant mon arrivée ici.
Le voir ici me bloque, me fait sans cesse repenser à avant...et je n'ai pas envie de me torturer un peu plus. J'aimerai perdre au plus vite cette volonté d'adoucir mon quotidien j'aimerai pouvoir ne ressentir plus aucune souffrance quand ces souvenirs douloureux ressurgissent quand cette vérité souvent ignorée s'expose au grand jour...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: smile smile smile ! ♥   

Revenir en haut Aller en bas
 
smile smile smile ! ♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Why do you smile all the time ? (RP libre : 1,2,3 personnes ?)
» I'll make you smile ! w/ Bak Yul
» ♣ Enjoy life and smile ♣
» Smile(y) me back!
» Léo ∆ I will show another me, I'll tell them what the smile on my face meant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
and if we never wake up :: 
rêves et cauchemars
 :: tu es libre, enfermé entre ces quatre murs
-
Sauter vers: